fbpx

Prévention versus antibiotiques : quels enjeux ?

Qui n’a jamais eu recours aux antibiotiques pour lutter contre de vilaines bactéries ? Pensons-nous encore aujourd’hui que les antibiotiques sont efficaces contre les virus ? Une chose est sûre, nous voulons nous en débarrasser et vite !

Nous pensons qu’à l’aide des antibiotiques, nos bobos seront éliminés par magie, mais nous sommes loin de savoir la réalité sur le mode d’emploi afin de les utiliser à bon escient. En effet, leur mauvais usage représente une réelle menace pour notre santé…

Une évolution pas toujours très pragmatique… Pourtant les antibiotiques ne datent pas d’hier, le premier antibiotique a été trouvé en 1928 par Alexander Fleming. Au cours du 20e siècle, les antibiotiques ont permis de faire reculer la mortalité associée aux maladies infectieuses. Aujourd’hui la donne à énormément changé, le problème majeur est dû a leur mauvais usage. Une surconsommation qui au fil des années a conduit au développement de bactéries résistantes aux antibiotiques. Plus nous en prenons, moins le traitement risque de fonctionner. Selon une étude publiée dans le journal de l’Académie des sciences américaine (PNAS), une hausse de 65 % a été jugée très alarmante, dans le mode de consommation mondiale d’antibiotiques. Cette prise excessive dans le monde, pourrait tuer 2,4 millions de personnes d’ici 2050, selon un rapport publié par L’OCDE.

Les Français accros aux antibiotiques ?

Les antibiotiques sont encore trop prescrits en France ! Leurs utilisations représentent 50 % de plus que la moyenne des pays de l’OCDE et fait d’elle la 8ème plus grosse consommatrice d’antibiotiques au monde. Cette résistance bactérienne est devenue un phénomène global et préoccupant pour l’univers de la santé, puisque l’on estime à 700 000 le nombre de décès par an dans le monde lié à des infections dues à des bactéries résistantes aux antibiotiques. En Europe cela représente 25 000 décès par an, rappelle l’Inserm.

Prévention & lutte contre l’antibiorésistance.

L’OMS accorde une grande priorité à la lutte contre l’antibiorésistance. Un Plan d’action pour combattre la résistance aux antimicrobiens, qui inclut la résistance aux antibiotiques. Ils nous mettent également en garde sur l’inefficacité des antibiotiques contre les virus, tels que la grippe ou encore le rhume. En effet, les antibiotiques agissent seulement en cas de bactéries et encore, même en cas de bactéries, ils ne sont pas toujours nécessaires !

Préservons notre santé avec les huiles essentielles !

Afin de limiter une mauvaise consommation des antibiotiques, privilégions des méthodes alternatives et naturelles qui peuvent être plus que bénéfiques pour notre santé. Les huiles essentielles sont progressivement considérées comme des alternatives valables. Contrairement aux antibiotiques, les huiles essentielles sont efficaces aussi bien pour lutter contre les bactéries, mais aussi contre les virus. Les huiles essentielles ne sont pas qu’une question de bien-être ou de parfum… De nombreuses études ont prouvées que l’usage des huiles essentielles à des fins thérapeutiques sont efficaces, elles ont des vertus antivirales et antiseptiques qui nous permettent de nous soigner et de rester en bonne santé. Certaines huiles essentielles tuent les bactéries, d’autres les empêchent de se reproduire, la plupart font les deux. Dans la liste des huiles essentielles que nous pouvons utiliser en parallèle, on y retrouve : le tea-tree, le ravintsara, le niaouli ou l’origan… Toutefois, il faut être prudent et bien se renseigner sur les contre-indications des huiles essentielles, en cas de situation particulière (allergies, maladies, grossesse…). La bonne nouvelle est que les thérapies alternatives sont, bien que lentement, en train de devenir plus courantes.

Continuons ensemble cette lutte contre l’antibiorésistance et préservons notre santé avec des méthodes beaucoup plus naturelles et sans danger !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *