fbpx

Edito

Repenser nos habitudes de santé

Selon la définition de l’Organisation mondiale de la Santé, « la santé est un état de bien-être ». La santé serait donc bien plus qu’un état dans lequel la maladie serait absente. La plupart des produits, services et autres spécialistes dédiés au bien-être ont souvent été relayés dans des rôles subalternes. Sans compter les efforts de la ‘médecine alternative’ ou ‘médecines douces’ pour obtenir une certaine reconnaissance dans le paysage économico-santé reconnaissant principalement 2 acteurs majeurs : la médecine allopathique et les formulations propriétaires de l’industrie pharmaceutique, validées par études cliniques.

Arrêtons les points de vues sectaires et condescendants car toutes ces disciplines ont un rôle à jouer : prévenir, guérir et augmenter l’état de santé en état de bien-être. C’est combinées et non exclusives les uns des autres , qu’elles permettront d’améliorer notre état de santé général. Les bénéfices d’un traitement oncologique optimisé par une immunité soutenue et une activité sportive ont déjà été démontrés.

Chez Family Self Care, nous souhaitons mettre l’accent sur l’élément le plus influant sur notre santé, le plus oublié et pourtant le moins ‘coûteux’: la prévention.

 

LA PRÉVENTION EST UNE HYGIÈNE QUI VISE A PRÉVENIR LES MALADIES D’ORIGINE ENVIRONNEMENTALE ET A CRÉER UN ENVIRONNEMENT FAVORABLE A LA SANTÉ

Avant d’être désignée comme une catégorie des sciences médicales, la santé était représentée comme un « allant de soi » (Schütz, 1998 [1955]) c’est-à-dire non séparable de l’activité et de ce sur quoi l’individu agit, et qui le constitue à la fois. Les progrès de sciences aussi diverses que la biologie, la chimie ou l’épidémiologie montrent que ce lien est bien plus profond que ce que l’on soupçonnait jusqu’ici : les nappes phréatiques sont polluées par l’excès de nitrates, utilisés notamment (mais pas exclusivement) dans l’agriculture ; les aliments issus de l’agriculture industrielle le sont par les pesticides et autres produits chimiques qui sont ajoutés ; de même, l’air que nous respirons véhicule des fibres d’amiante et des nanoparticules qui ont pour origine l’activité économique et qui sont les vecteurs de sérieuses menaces pour la santé.

Des produits chimiques que l’on croyait inoffensifs se révèlent à l’usage de redoutables perturbateurs endocriniens. Les effets négatifs de toutes ces pollutions peuvent se transmettre sur de très grandes distances par les vents, les courants marins ou les avions et à travers le temps : les victimes peuvent donner naissance à des enfants contaminés dès leur naissance, ou atteints de malformations, quelquefois sur plusieurs générations. Il faut remettre l’être humain, au cœur des manières de penser, de sentir et d’agir pour la santé, pour sa santé. Une première étape sera de reprendre le chemin d’une prévention saine et naturelle. Les plantes et huiles essentielles à notre disposition permettent de répondre à ces 4 règles de la prévention :

  • Accompagner l’organisme dans ses modifications fonctionnelles obligatoires, liées aux changements de saison
  • Rééquilibrer les grands systèmes régulateurs du corps (neurovégétatif et endocrinien) par exemple la régulation des troubles des règles
  • Soutenir les systèmes adaptifs dépendant de la surrénale
  • Drainer les organes émonctoires, foie, pancréas, reins, peau et poumons
  • Reminéraliser l’organisme dans son ensemble pour une meilleure fonctionnalité, et c’est un point important souvent oublié *

*Docteur Charrié (les secrets d’une médecine préventive)

Une bonne hygiène de vie permettra de mieux réagir aux virus et autres affections courantes.
Que dire d’ une nouvelle épidémie mondiale de grippe qui pourrait emporter 30 millions d’individus en 1 an (Fondation Bill Gates) ?

 

DEUX HISTOIRES MARQUANTES

La première se passe pendant la Grande Peste Noire en Europe. Des voleurs ont été pris en flagrant délit de vol sur des cadavres et ont été amenés devant le Roi. Bien qu’ayant manipulé les cadavres pourtant atteints de la maladie, aucun des voleurs ne l’avait contractée…Plus tard, on découvre que les voleurs font tous partie de la même famille, une famille d’apothicaires qui connaissaient une combinaison spécifique d’huiles essentielles pour lutter contre des maladies. Cette combinaison était transmise de génération en génération, et le Roi força les voleurs à communiquer cette formule ainsi que la manière d’extraire les huiles. Cette combinaison fut ainsi conservée parmi les archives royales.

La deuxième histoire se passe en Angleterre pendant cette même Peste Noire. En effet, la ville de Bucklersbury aurait été elle aussi épargnée de la Peste alors que les habitants des villes alentours succombaient à la maladie. L’explication serait que la ville de Bucklesbury était à l’époque, une plaque tournante du commerce de la Lavande, Hors la Lavande est célèbre pour ses propriétés thérapeutiques favorisant un bon système immunitaire ainsi que des propriétés antimicrobiennes.

Après une évolution progressive de la recherche, les principes actifs des molécules sont classifiés à partir du XIXème siècle. C’est à René-Maurice Gattefossé que l’on doit le mot « aromathérapie ». La légende dit qu’il découvrit les propriétés calmantes, antiseptiques et cicatrisantes de l’huile essentielle de Lavande en badigeonnant sa main gangrénée suite à une brulure grave. Mais cette version est discutée. Entre 1971 et 1981, le Docteur Valnet fonda des organisations destinées à enrichir les recherches scientifiques et à enseigner ce savoir aux praticiens. Il rédigea de nombreux ouvrages sur le sujet afin de faire connaître au grand public l’aromathérapie. Il créa ses propres compositions aromatiques et démultiplia les études sur les propriétés anti-infectieuses et anti-antibiotiques des huiles essentielles. Ce qui donna naissance au terme de « aromatogramme » pour désigner l’action antibiotique d’une huile essentielle, terme inventé par le Dr Maurice Girault en 1971. Les Docteurs Daniel Pénoël et Pierre Franchomme, quant à eux, introduisirent les notions d’aromathérapie scientifique et de chémotype (type chimique) qui permirent dès lors de rapprocher les propriétés thérapeutiques des huiles essentielles des molécules les composant.

 

DE NOS JOURS

En vogue depuis quelques années, l’aromathérapie est devenue une pratique très tendance. Car plus qu’une mode, c’est un vrai renouveau que connaissent ces huiles. Reconnues pour leurs propriétés thérapeutiques puissantes, les huiles essentielles présentent une multitude de propriétés spécifiques : calmantes, toniques, anti-fatigue ou encore antidouleur. pour notre santé, il est nécessaire de rester prudent quant à leur utilisation qui demeure compliquée. Non les huiles essentielles ne sont pas dangereuses, mais certaines sont toxiques. C’est pour cela qu’en fonction de leur toxicité, elles devront être mélangées à une huile végétale ou être interdite chez les bébés ou femmes enceintes par exemple. Alors bien sûr, ne tentez pas de potions miracles sans être un minimum avisé, car il s’agit de votre santé.

 

Brigitte Thito

CEO